BUDO SHOTOKAN KARATE CLUB : site officiel du club de karaté de CONDOM - clubeo

AGRESSION: " ILS M'ONT LAISSEE POUR MORTE ! "

2 juin 2017 - 15:58

«Ils m'ont laissée pour morte. Une agression comme celle-là, en plein jour, je suis étonnée que cela puisse arriver ici. Je suis grande, il faut oser quand même. J'ai 46 ans et il ne m'était jamais rien arrivé.»

Je prends connaissance de cet article, ci dessous
Et vous, cela vous est il déjà arrivé ? à votre conjoint ? votre enfant ?
Pourriez vous nous en parler ?
et comment vivez vous "votre après"?
Votre témoignage peut être d'une grande utilité pour d'autres.
merci
budoshotokankarateclub@hotmail.fr
Malheureusement l'agression ça n'arrive pas qu'aux autres.
Agression surprise , pour un motif futile ...a tout moment ... en toutes circonstances ... à toute heure ...
Pensez vous qu'il faut il s'y préparer ?
Si cette personne s'y était préparée, pratique d'un art martial, de combat , pensez vous qu'elle s'en serait mieux sortie ?
Sur quels points en particulier ?
Tous vos avis sont les bienvenus.
Henri

http://www.ladepeche.fr/article/2017/02/27/2524785-agressee-elle-temoigne-ils-m-ont-laissee-pour-morte.html#xtor=EPR-1
Agressée, elle témoigne : «Ils m'ont laissée pour morte» Laurence M., 46 ans, a été victime d'un vol à l'arraché avec violence, mercredi après-midi .....
«J'ai encore le bruit de la barre qui résonne dans ma tête.» Trois jours après, elle a toujours un bon bleu sous son oeil droit. «J'ai encore mal et j'ai du mal à manger.»
«C'était mercredi après-midi vers 14 h 30. Je venais de déposer mon fils de 9 ans et demi à l'association ....» Laurence souhaite rejoindre le jardin .... en attendant de récupérer son fils. Elle emprunte le passage souterrain de la voie ferrée. «Je les ai vus de loin, deux jeunes de type méditerranéen. Je descends le premier escalier et continue dans le passage et je les sens derrière moi. Au milieu du deuxième escalier, je sens une main derrière qui essaie de prendre la lanière de mon sac à main que je porte sur l'épaule droite. Puis, il se met face à moi et tire sur le sac. J'ai le réflexe de le retenir. Voyant que je résiste, il a pris ma tête et l'a tapée de toutes ses forces contre la rampe en fer de l'escalier pour me neutraliser. Je suis tombée au sol et j'ai perdu connaissance quelques secondes. Ensuite, je n'ai pas rouvert les yeux tout de suite. J'avais peur. Je me suis dit : ils vont te finir. Au bout d'un moment, j'ouvre finalement les yeux. J'étais seule, sonnée. Je me suis traînée, puis me suis levée tant bien que mal.»
.....
«En me voyant, mon petit garçon a été choqué. Mon visage était gonflé, avait doublé de volume. J'essayais de le rassurer, de leur dire que j'allais bien pour ne pas l'affoler. J'ai voulu rester debout, digne.»
Les pompiers la conduisent rapidement à l'hôpital. Laurence s'en tire avec une fêlure à la mâchoire, un bon hématome sous l'oeil droit, des douleurs aux cervicales mais pas de traumatisme crânien...... Tout est allé très vite. ça a explosé dans ma tête. Ils m'ont laissée pour morte. En tapant la tête de quelqu'un sur une rampe en fer, on peut le tuer. Une agression comme celle-là, en plein jour, je suis étonnée que cela puisse arriver ici .... Je suis grande, il faut oser quand même. J'ai 46 ans et il ne m'était jamais rien arrivé. Maintenant, j'ai peur dans la rue et je n'ai plus du tout envie d'avoir un sac à main...... ses agresseurs ont utilisé ses moyens de paiement dans des commerces à proximité du lieu de l'agression. Dans le sac de Laurence, il y avait sa carte bancaire, un peu de liquide et ses papiers d'identité, son permis de conduire et sa carte grise.....
Thierry Jouve

 

Commentaires

JEAN PIERRE LAVORATO 9° DAN UN GRAND MAITRE A CONDOM

23 novembre 2017 15:39

JEAN PIERRE LAVORATO 9° DAN UN GRAND MAITRE A CONDOM
Ci dessous articles paru, après le stage Jean Pierre Lavorato, dans: LA DEPECHE LE JOURNAL DU GERS attendu dans LE PETIT JOURNAL , Vendredi 24 Novembre. A bientôt Henri Lire la suite

Aucun événement